Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Présentation Ville de Béovar le 25/5/2014, 14:08

Myld

avatar
Chronologie de Béovar en Galaté
selon le calendrier Rochelionais



572 - Séparation de la Grande Horde et fondation des deux royaumes d’Aagmard et des peuples Kelts.
573 - Fondation de Béovar par un peuple Kelt avec construction du Temple d’Harda et de la grande statue des Frères Valtava.
653 - Annexion de la cité par les fjords d’Aagmard et sous l’influence du cercle Vargaardien.
719 - Bataille des champs rouges - orchestré par le royaume de Rochelion pour récupérer la cité qui passe sous domination Rochelionnaise pendant 52 années.
771 - Rebellion populaire contre Rochelion afin de devenir un comptoir libre soutenu par la puissante guilde des marchands.
779/780 - Colonisation commerciale Braggiane dans la cité indépendante et développement du commerce fluvial.
796 - Récupération de Béovar par le peuple Aagmarite.
799 - La  Pythie de Béovar s’installe dans un moulin dans la cité.
825 - Grand Oubli
897 - Deuxième Grand Oubli
901 - Guerre du Secret entre Kelts et Aagmarites
983 - 987 - Insurrection frontalière entre les cités Braggianes et les Fjörds d’Aagmard
987 - Signature d’un traité de paix pour mettre fin à l’insurrection frontalière
   - Désignation du Boendr de Béovar Eiski Styrr et mariage du Boendr avec Dame Maria De Viscontione
989 - Constitution du premier conseil (Thing) populaire de Béovar
1011/1012 - Guerre d’Ostrie - Apparition de Chimère

Le 29eme jour du Mois du Griffon 1013 - Maintenant - L’armistice ? Et le Tournoi des Nations





Culture et traditions

Conséquence directe des occupations et autres, colonisations et intérêts que toutes les nations ont portés sur Béovar, la petite cité a évolué au cours des derniers siècles de façon hétéroclite et, finalement, très cosmopolite. Chaque peuplade qui l’a dirigée y a apporté sa touche culturelle, ses infrastructures et ses habitudes. On citera par exemple les embarcadères des rives de l’Altaï qui sont constituées d’un monceau efficace mais chamarré de techniques navales Kelts des temps anciens, améliorés par l’intervention de la confrérie marchande du Cercle Vargaardien et aboutis par les armateurs Braggiani ayant développé le commerce fluvial et maritime.
Et chaque colonisation s’étant déroulée de façon raisonnée, les peuplades occupées ont continué de faire évoluer leur culture en la nuançant avec celle des nouveaux arrivants. Néanmoins, chacun ayant besoin d’identifier un tant soit peu sa culture et ses origines, des quartiers se sont dessinés dans le bourg regroupant les artisanats traditionnels de chaque nation galatéenne. Le promeneur pourra aisément identifier le quartier des fourreurs et tanneurs Kelts, celui des tonneliers Rochelionnais, des joailliers Braggiani, etc.
Un historien des colonisations averti pourrait se questionner sur la survie d’une cité sujette à un telle hétéroclicité. Et cela a d’ailleurs été fait. Voici quelles furent ses conclusions:

“ Il apparaît qu’une tradition folklorique pittoresque participe d’une forme d’homogénéité culturelle en la ville de Béovar. Chaque journée s’achève par une veillée communautaire regroupant la majorité des habitants de la ville. Ceux qui habitent dans des hameaux éloignés du bourg font tout de même le déplacement régulièrement pour partager ce moment de liesse et de fraternité. Ce grand banquet affublé du nom de Festen est l’occasion de partager des jeux, des danses et de chants racontant les différents contes locaux et traditions des peuples ayant apporté leur participation à l’édification de cette bien étrange cité.”

Bien entendu, Béovar connaît des difficultés semblables à toutes les autres cités. Mais l’accroissement constant de sa population - y compris par voie migratoire - laisse penser que, génération après génération, il fait bon vivre en Béovar.



Régence et pouvoir

La cité de Béovar, inféodée aux Fjörds d’Aagmar depuis plus de 300 ans maintenant est pourtant loin du centre du pouvoir des Fjörds et des contrées regroupant les clans les plus puissants. Le pouvoir est à l’image de la culture: fidèle à ses racines mais nuancé par son histoire. C’est ainsi qu’on y trouve un mode de gouvernance à mi-chemin entre les traditions Kelto-Aagmarite et Braggiane.

A la tête de la cité de Béovar siège le Boendr Eiski Styrr, un seigneur de guerre Aagmarite ayant fait ses preuves aux champs d’honneur puis s’étant retiré du champ de bataille pour assurer la régence de Béovar dans le cadre d’un traité de paix entre les cités souveraines de Braggia et les Fjords d’Aagmard. Son épouse, Dame Maria De Viscontione a règnée comme première Dame depuis l’accession au titre de Boendr de son mari, jusqu’à son récent décès en l’an 1013, voici quelques semaines (voir histoire récente). La famille Styrr est directement descendante des premières familles Aagmarites ayant colonisé Béovar en 653.
Comme le veut la tradition Aagmarite, le Boendr est entouré d’un conseil du peuple libre (“Thing” en Aagmarite) constitué de 5 Jarls.

Le Thing est constitué à la mode Braggiane par voie de vote populaire. Le mandat de conseiller est assorti du titre de Jarl et de la charge de régence d’un des bassins vivriers de la région:
- Les terres du sud présentant une production faible mais hébergeant et entraînant les soldats de la cité;
- Les berges de l’Altaï assurant la production des ressources du fleuve et le frêt maritime et fluvial des denrées de la cité;
- Les plaines de l’ouest et leurs forêts pleines de gibier et de bois solide pour les constructions,
- Les Marches du Nord gérant un petit (mais complet) regroupement de ressources
- La vallée de Jarna à l’ouest où sont installés la plupart des paysans.

Les Jarls de l’actuel conseil sont présentés dans le  chapitre “Figures de Béovar” ci-dessous.

Il est aussi en Béovar un pouvoir séculaire et persistant: l’influence des traditions, plus particulièrement porté par les cinq familles réputées descendantes des premiers colons de la cité. Chacun de ces noms fait la fierté de celui qui le porte: Styrr; Amelsson, Dittur, Virtanen et Jensen. Leurs relations très… pittoresques cacheraient, dit-on, des secrets gardés jalousement par chacune d’entre elles.


La loi

La loi en Béovar est sensiblement identique à la loi des Fjörds d’Aagmar. Plus précisément, les crimes sont caractérisés de la même manière et sont jugés devant le Thing qui sollicitera preuves et témoignages. Les litiges sont alors réglés par compensation (Wergeld: compensation pécuniaire transgénérationelle ou dans les cas les plus graves: l’Obotamal, la sentence libre du Thing pouvant aller jusqu’à la mort ou pire dans certaines contrées). En cas de culpabilité avérée, la personne lésée a la préséance pour demander une peine de son choix qui sera validée si le coupable l’accepte, ou pour demander l’application du Droit de Vengeance dans un duel à mort.

La loi de Béovar donne au Boendr le droit de véto sur une décision du conseil. Le Boendr est aussi en droit de dissoudre son conseil.
Dès lors, le peuple libre de Béovar procédera sans délai à une nouvelle élection de ses représentants au Thing, redistribuant ainsi les prérogatives de Jarl associées à la fonction de membre de Thing.


Commerce

Les ressources

Le territoire de Béovar présente des ressources peu variées, mais d’une grande qualité.

Principalement:
- Fourrures, peaux et nourriture en provenance des fermes de la vallée de Jarna et de la chasse des forêts de l’ouest;
- Poisson, ambres, perles et nourriture issus de l‘exploitation de l’Altaï et de sa faune,
- Céréales, Fruits, légumes… bref: nourritures en provenance des fermes de l’ouest
- Joaïllerie, pierres et minerais précieux et épices issus d’accords commerciaux fructueux avec les cités braggianes, de Bragantia plus spécialement,
- La pierre sacrée de Béovar : une roche présente désormais en faibles quantités et servant à l’édification de bâtiments de recherche astrologique,
- Plantes sauvages aux propriétés médicinales et herboristiques notables,

Les atouts commerciaux

La présence de l’Altaï est un atout majeur de la cité. La remontée du fleuve permet un commerce aisé avec les territoires Rochelionnais, tandis que la descente du fleuve vers le golfe de Vargaz favorise un commerce intérieur Aagmarite aux transports peu coûteux ouvrant les portes des territoires Kelts.
Et puis… en termes de perspectives, une reconstruction importante aura lieu et/ou une recolonisation du royaume voisin de Bragantia laissera la place à de nouveaux échanges commerciaux.

Pour finir, des caravanes marchandes bien protégées et régulières ont permis de réduire les coûts du frêt vers les cités souveraines de Braggia. On compte un nombre important d’infrastructures (comptoirs, relais et postes de garde) permettant un transit sécurisé avec les cités de la noblesse marchande de Braggia.

Tous ces atouts de transit commercial sont autant d’axes de déploiement rapide des armées assurant à Béovar une position stratégique tout aussi intéressante.

Les acteurs commerciaux

Le Cercle Vaargardien - cette confédération marchande Aagmarite implantée sur les rives de l’Altaï préserve son monopole sur la région au détriment de la guilde des marchands. Elle a des appuis dans le Thing de Béovar.

La Guilde des marchands, forte de son hégémonie galatéenne, souffre quelque peu de la présence du Cercle. Qui plus est, la guilde n’a aucun appui dans le cercle dirigeant de Béovar. Cette grâce est réservée au Cercle Vaargardien… Alors que l’indépendance de Béovar obtenue contre l’occupation Rochelionaise en 792 avait pourtant été portée par la Guilde!


Lieux

Le quartier des Joailliers de Braggia :
Le quartier des Joailliers est présent depuis très longtemps dans la composition de la ville et la mort de l’épouse Braggianne émeut énormément cette partie de la ville.
Le quartier est en pleine expansion depuis plusieurs années et la guerre a confirmé une migration de nombreuses familles Bragiannis notamment de Brangatia fuyant la folie militaire de la cité souveraine.

Le quartier des trappeurs et fourreurs Kelts :
Ce quartier commerçant est composé de quelques tentes de nomades venant vendre leurs peaux et autres trophées d’ivoire. La ville garde une place importante dans l’histoire des peuples kelts en raison de la présence de la statue de Valtava.

La place des frères Valtava :
Elle est l’endroit où se dresse la statue des deux colosses jumeaux : les frères Valtava, fondateurs de la cité.

La place du Festen:
Place centrale de la cité. Le soir venu on y dresse les grandes tablées pour organiser la célèbre veillée du Festen. Cette place est un plateau herbeux bucolique.

Le Hall de Béovar :
Lieu de pouvoir de Béovar où le Boendr et le Thing recoivent leurs interlocuteurs et où l’on traite des questions quotidiennes de la cité.

Le comptoir du Cercle Vaargardien:
A la fois échoppe, grenier, halle des ventes, ce comptoir du Cercle est le lieu privilégié pour les échanges marchands d’échelle importante. Le lieu est souvent animé par des ventes aux enchères d’objets venant des quatres coins de Galaté.

Les cairns :
- deux Cains Kelts (abandonnés) : Rim Thysenson (famille du roi Kelt de l'époque, mort en 648) et Yann Fognaasdir (du 6ième Clan)
- trois Cairns Aagmarites (en bon état)

La taverne de l’ours : Où il fait bon se regrouper pour la veillée

La taverne de la Pie Noire: Maison des Jeux à la mode Braggiane

Le moulin de la Pythie:
Le lieu de villégiature de la célèbre Pythie de Béovar consultée par nombre de puissants et autres gens du commun pour ses omens.
De nombreuses rumeurs circulent sur ce lieu de divination…

L’hospice:
Ce lieu dédié aux pratiques médicales accueille traditionnellement la Guilde des Hospitaliers et, depuis peu, la confrérie de la Croix-Gueule pour y prodiguer soins et secours.

La Bibliothèque:
Ce lieu est à l’image de la cité en sa qualité de témoin des différentes influences culturelles de Galaté. On y trouvera des trésors de poésie, de légendes et de souvenirs des différentes époques de la colonisation de Béovar.

L’observatoire : Une tour élancée permet aux astrologues de contempler les constellations avec un point de vue inégalé [Lieu d’arbitrage ASTRONOMES]


Figures de Béovar (Who’s who?)


« Les notables »

Eiski Styrr: Le Boendr de Béovar depuis 26 ans. Descendant d’une des 5 familles fondatrices de la cité, époux de Dame Maria De Viscontione. Guerrier chevronné, médecin de guerre et chef consensuel, il règne sur Béovar aux côtés de son conseil. Un homme droit et intègre dans la droite ligne de la tradition des Fjörds d’Aagmar, respectueux des traités d’alliance commercial avec le Cercle Vaargardien et les cités souveraines de Braggia. Cependant, au fil des années qui passent, ses abus des plaisirs terrestres lui valent la réputation d’un endormissement progressif.

Björn Dottir: Jarl des terres du sud et général des armées de Béovar. Pugnace,  belliqueux et très proche de la tradition Aagmarite, il a majoritairement été élu par les soldats et les Béovariens d’origine Aagmarite sur son aversion affichée envers les autres royaumes Galatéens.

Thor Olmodinn: Jarl des rives de l’Altaï. Marchand visionnaire auquel Béovar doit le récent et florissant développement  de son commerce. Politiquement très ouvert au brassage culturel, il veut faire de Béovar une cité cosmopolite marchande incontournable en continuant d’assoir le pouvoir du Cercle Vaargardien, mais en ouvrant aussi la cité à d’autres alliances extérieures

Frida Amelsson: Dite “La chasseresse”. Jarl des plaines et forêts de l’ouest. Une jeune et brillante femme d’origine Kelt. Aussi farouche que charmeuse, elle sait tirer l’ensemble du Thing de ses conflits épineux et trouvant le consensus. Connue pour ses positions politiques modérées, elle met néanmoins un point d’honneur à soutenir les femmes dans leurs combats pour la cité et le cercle Vaargardien (dont elle fait partie) dans sa lutte commerciale contre la guilde des marchands.

Sigrid Dittur: Dite “La traditionnaliste”. Jarl des Marches du Nord, cette vieille femme descendante d’une des 5 familles fondatrices de Béovar est connue pour la sagesse de ses conseils. Sa représentation politique tient surtout à sa position radicale sur l’indépendance de Béovar. Elle souhaite exempter Béovar de toute forme de rattachement aux royaumes de Galaté pour laisser la richesse de la culture locale retrouver et cultiver ses racines endémiques.

Jord Ulfsanna:  Jarl des fermes de la vallée de Jarna. Paysan dépositaire par son mandat de la plus grande ressource vivrière de Béovar, il a comme principal soutient les cultivateurs Béovariens. D’un tempérament calme et constructif, on le sait malgré tout méfiant à l’égard des nombreuses installations braggianes dans la cité.

La Pythie: De son vrai nom Irja Virtanen, elle est la descendante d’une des 5 familles fondatrices de la cité et, plus précisemment, héritière de la lignée des Pythies de Béovar. Femme mystérieuse sur laquelle courent de nombreuses rumeurs… Toujours est-il qu’on vient de tout Galaté pour la rencontrer et profiter de ses oracles.

Yngve Styrr: [ARBITRE POTIONS] Herboriste reconnu de la famille Styrr, membre du cercle Vaargardien.

Lisa della Scogliera Ventosa ;  [ARBITRE POTIONS] Herboriste Braggia reconnue.

Stian Jensen: [ARBITRE ASTROLOGIE] Astrologue reconnu de la Famille Jensen.

Aïga Dottstyrr De Viscontione : la fille du Boendr Eiski Styrr et de Dame Maria de Viscontione, récemment rentrée de Côme.


Histoire récente


Béovar est sans-dessus-dessous depuis plusieurs semaines.

Tout d’abord, un tragique accident a touché l’âme de la cité : la première Dame, Maria de Viscontione, a perdu la vie dans la demeure seigneuriale qui héberge le couple régent. Les circonstances semblent floues, mais une première enquête a conclu à un accident, laissant nombre d’habitants sceptiques.

La peine provoquée par cette disparition ne fait que forcer le contraste avec l’effervescence ambiante nimbant les préparatifs pour recevoir les délégations des nations Galatéennes pour les négociations militaires relatives au conflit Bragantien. Les artisans œuvrent jours et nuits espérant honorer le nom de leur cité et s’assurer d’un radieux commerce en si auguste présence.

Parallèlement à cette motivation grandissante, les tensions commencent à apparaître dans les rangs des politiciens comme parmi les simples et libres habitants de la cité.

Les changements à venir en Galaté amènent en Béovar une agitation sans précédent !


_________________
In Sanguis Veritas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum